Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 décembre 2009 1 21 /12 /décembre /2009 13:37

La vie est une chienne. M’aura fallu la supporter plus de 80 ans et même encore maintenant, j’m’en vois que c’est à s’demander si ça finira un jour.

Gamin, déjà, c’était une chierie. Elevé à la dure au pied des montagnes, où qu’y f’sait presque plus chaud dehors que dedans parce qu’y avait moins de courants d’air, j’ai grandi la morve au nez et c’est quasi tout c’que j’avais à manger les mauvais jours.

La mère elle ramassait tout et n’importe quoi dans les bois alentour pour colorer la flotte et dire qu’elle faisait d’la soupe. Quant au père, les jours où y ramenait du pain, il était rassis et servait en priorité à nourrir les trois poules maigrichonnes qu’il espérait vendre au marché.

Avec les frangins, on s’carapatait autant qu’on pouvait et on chapardait tout c’qu’on trouvait à s’mettre sous la dent sur le chemin entre la maison et l’école. Les jours de marché, c’est un vrai festin qu’on s’organisait en faisant les poubelles.

A l’école, les autres mômes étaient plutôt pas mieux lotis qu’nous, alors on voyait pas l’mal à avoir les cheveux cradingues et les joues creuses. Mais dès qu’on a pu on est partis. C’est pas tant d’avoir le ventre vide qui nous chagrinait que les branlées du père. Un jour qu’il a laissé un frangin sur l’carreau et qu’y s’est même pas occupé d’l’enterrer que c’est nous qu’on a fait un trou dans le champ derrière la baraque, on a commencé à s’dire qu’il fallait plus traîner trop dans l’coin. Les plus vieux se sont partagé les plus jeunes au hasard et on a mis les voiles. Y en a deux qui sont morts de froid dans l’mois qu’a suivi parce qu’ils avaient pas su entretenir leur feu une nuit dans la montagne. J’sais pas c’qu’ils étaient allés chercher par là-haut, drôle d’idée. C’était pas les deux plus finauds d’la fratrie, mais j’aurais pas cru qu’ils s’raient si rapides à clamser. On l’a su que longtemps après, presque par hasard.

Au début j’ai eu d’la peine pour eux, sûr, mais maint’nant j’me dis qu’au moins ils ont pas eu à en chier trop longtemps.

Sur les quatre qui restaient, y en a deux j’ai jamais plus eu de leurs nouvelles. Moi je suis resté quelques années avec le frangin qui m’avait tiré au sort et on s’est pas trop mal démerdés. Il avait réussi à s’faire embaucher dans une ferme, même qu’il en chiait parce qu’il était pas bien costaud, mais les patrons nous nourrissaient tous les deux pas trop mal et on s’est vite remplumés. J’allais à l’école pendant qu’y bossait et l’soir après la classe j’aidais à l’étable. Le vieux cognait bien un peu aussi, mais rien à voir avec les avoinées du père. On a eu quelques années presque heureuses. J’ai même appris à lire et écrire que j’ai pu avoir un boulot de facteur dès qu’j’ai eu l’âge.

Mais ça a pas duré bien longtemps à cause de la guerre. L’a bien fallu choisir son camp, pis comme la région s’y prêtait et qu’on n’était pas des mauvais bougres avec le frangin, on a choisi résistant. Le frangin a vite pris du galon, il avait l’autorité naturelle. Y r’semblait même un peu au père par moment, que ça f’sait presque peur.

Un jour qu’avec des copains on était partis se baigner dans un étang du coin et s’faire un peu propre, on est tombé sur un allemand qu’était sûrement venu faire comme nous. Sauf qu’il était tout seul et nous trois. Et pis il était à poil dans l’eau avec son fusil et ses fringues au bord alors que nous on était encore habillés et armés. On avait pas du tout prévu ça et ça nous emmerdait bien de nous r’trouver là avec ce type alors qu’on voulait juste se détendre un peu. Il avait l’air d’avoir notre âge. On a pensé un moment juste lui dire de partir, mais on pouvait pas faire comme si y risquait pas de rev’nir avec ses potes et des flingues pour nous faire la peau.

Alors on y a dit d’se rhabiller et on l’a ramené là où qu’on était installés. On avait pas trop d’prisonniers d’habitude, mais à la guerre comme à la guerre, hein ! On trouverait bien quoi en faire. Les gars au campement nous ont drôlement félicités. Nous on a pas dit que l’gamin était nu et sans arme parce qu’on aimait assez bien se faire mousser, finalement. Mais quand l’frangin a dit comme ça qu’y fallait l’fusiller et qu’en plus il l’a fait dans les dix minutes qu’ont suivi, j’ai pas supporté. La nuit d’après j’suis allé l’étrangler pendant qu’y dormait et j’suis parti. J’sais pas si c’était dans les gènes de dev’nir meurtrier, mais ça dessoudait drôlement dans la famille.

Du coup c’est en planqué qu’j’ai dû la finir, c’te guerre, parce que j’étais plus en odeur de sainteté ni d’un coté ni d’l’autre. J’ai rejoint les montagnes en me déplaçant surtout la nuit, pour pas être vu pis pour moins risquer d’mourir de froid. J’savais pas encore pour les frangins à c’t’époque, mais ça m’a pas empêché d’être plus futé qu’eux.

 

 

 

A suivre…

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by poupoune - dans nouvelles
commenter cet article

commentaires

tiniak 22/12/2009 10:03


bien que le dernier paragraphe soye un peu expéditif, on s'attend à ce que la suite ait... du chien ?
(si, si... j'y tiens)


poupoune 22/12/2009 10:09


du chien j'sais pas, mais y en a qui vont y garder un chien d'ma chienne...


Chris de Neyr 22/12/2009 09:16


Sur les chapeaux de roue qu'elle est partie c't'histoire...!! En plus vous faites dans l'historique,on s'y croirait (j'les vois bien les mômes avec leur futal "feu au plancher" et leur pull qui
gratte... et pis on les "entend" bien aussi, hein... -c'est c'que j'préfère!)
ÜüÜ


poupoune 22/12/2009 10:11


pas sûre de pas m'essouffler, hein...
merci.


stipe 21/12/2009 16:37


un joli conte de Noël, vivant le Popi de la semaine prochaine qu'on puisse lire la suite !!


poupoune 21/12/2009 18:00


oui, tu vas voir, la suite est croquignolette.


Maximus Bob2boB 21/12/2009 14:30


Je te renvoie l'appareil*, on voit que c'est bientôt Noël hein, des cadeaux des cadeaux des cadeaux (en même temps un peu les boules aussi pour le coup). Super.

* : Le croque-gaufres.


poupoune 21/12/2009 15:11


il te plaisait pas le croque-gaufres ? c'était pas la bonne taille ?


Milène 21/12/2009 13:47


Vite la suite! Allez courage!


poupoune 21/12/2009 15:07


demain si tout va bien... mais l'a pas la vie qu'est trop facile, hein, alors on va voir comment qu'on peut faire.


C'est Qui ?

  • poupoune
  • Je suis au-dessus de tout soupçon.
  • Je suis au-dessus de tout soupçon.

En version longue

   couv3-copie-1

Recherche

J'y Passe Du (Bon) Temps