Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 juillet 2011 5 08 /07 /juillet /2011 16:00

 

A ma fille, pendant la préparation de sa valise pour son départ en colo :

 

-          Je te mets une enveloppe, si jamais tu veux m’écrire ?

 

A sa tête, je me suis souvenue de la dernière colo, au terme de laquelle elle m’avait rapporté l’enveloppe en question, intacte (« J’étais pas obligée de t’écrire… si ? »). Alors plutôt que de la laisser s’embourber dans des excuses vaseuses… ou être désagréable, j’ai pris les devants :

 

-          Tu sais ma chérie, c’est seulement si tu as envie, hein ? Si tu m’écris, ça me fera plaisir, mais sinon ça n’a pas d’importance.

-          Oui, hein, c’est une colo « poney », pas une colo « écriture »…

-          Voilà, oui. Mais si jamais tu voulais m’écrire, ce serait dommage de ne pas avoir d’enveloppe…

-          Je déteste ça, l’écriture…

 

Je n’ai pas insisté. Jusqu’à ce que je me rende compte que je n’avais pas de timbre, pour la fameuse enveloppe dont elle ne voulait pas. Je ne sais pas pourquoi je lui ai dit… Sans doute pour tester son aptitude à l’hypocrisie polie.

 

Elle est nulle.

 

Le lendemain matin, jour du départ, nous étions bien évidemment très en avance, alors j’en ai profité, en passant devant un tabac :

 

-          Tiens, attends, je vais acheter des timbres.

 

Regard mi-moqueur, mi-compatissant :

 

-          Toi, tu tiens vraiment à ce que je t’écrive, hein ?

-          Non, mais peut-être que moi, j’aurai envie de t’écrire.

 

Sale gosse, va. L’an prochain je la colle chez les scouts.

 

 

 

Ajout de dernière minute : j’ai bien fait de lui filer l’enveloppe… elle me l’a renvoyée, et même pas vide :

lettre colo-1

Repost 0
Published by poupoune - dans mini-poune
commenter cet article
30 octobre 2010 6 30 /10 /octobre /2010 22:50

 

croco

 

Il était une fois un crocodile, qui vivait avec plein d’autres animaux dans un marais. Il y faisait très chaud et il ne pleuvait guère, si bien que le marais s’asséchait un peu plus chaque jour. Il n’y avait déjà plus qu’une pauvre petite flaque pour les poissons et quelques rares trous d’eau sale pour que les gazelles, les flamands roses, les lions et les singes puissent boire. Quant à l’hippopotame, le pauvre se roulait mollement dans une si mince couche de boue que c’était pitié de le voir ainsi se contorsionner pour si peu. Et toujours pas un nuage sur le bleu du ciel, si bien qu’il finit par arriver ce qui devait arriver : la toute dernière goutte d’eau du marais s’évapora.

Voyant les poissons frétiller au soleil, les animaux assoiffés tirer la langue et la peau de l’hippopotame se craqueler, le crocodile devint tout malheureux et se mit à pleurer, pleurer et pleurer encore.

« HiiiiiiiiiHiiiiiiHiiiiiiiiiiii… on va tous mourir ! HiiiiiiiHiiiiiiiiiHiiiiiiiii… »

 

Il pleura tant et tellement que l’eau ne manqua plus du tout dans le marais et la vie reprit son cours. Mais il n’y avait toujours pas un nuage dans le ciel et le soleil continuait de brûler, si bien que petit à petit, le marais s’assécha de nouveau et le crocodile redevint tout triste.

« HiiiiiiiiiHiiiiiiHiiiiiiiiiiii… on va tous mourir ! HiiiiiiiHiiiiiiiiiHiiiiiiiii… c’est horrible ! »

 

Il pleura tant et tellement que le marais fut bien vite inondé et la vie reprit son cours. Alors, les autres animaux se réunirent en secret et décidèrent tous ensemble que tant que le marais continuerait de s’assécher, ils auraient besoin des larmes du crocodile. Ainsi, dès que l’eau menaça de manquer, le phacochère alla voir le crocodile et lui souffla à l’oreille :

« Tu sais croco, avec tes grands crocs, tu n’es vraiment pas beau ! »

Le crocodile en fut tout attristé et se mit à pleurer.

« HiiiiiiiiiHiiiiiiHiiiiiiiiiiii… HiiiiiiiHiiiiiiiiiHiiiiiiiii… »

 

Il pleura tant et tellement que l’eau revint dans le marais et la vie reprit son cours. Mais elle manqua bientôt une fois de plus et le varan alla voir le crocodile et lui souffla à l’oreille :

« Avec tes drôle d’épines sur dos, tu ressembles à une brosse à croquenots ! »

Le crocodile en fut bien chagriné et se mit à pleurer.

« HiiiiiiiiiHiiiiiiHiiiiiiiiiiii… HiiiiiiiHiiiiiiiiiHiiiiiiiii… »

 

Il pleura tant et tellement que le marais faillit déborder. Mais bien vite l’eau vint à manquer encore et la girafe abaissa son long cou jusqu’à pouvoir souffler à l’oreille du crocodile :

« Pauvre crocodile, si plat et si gracile, tu ressembles à une galette de mil ! »

Le crocodile en fut très affecté et se mit à pleurer.

« HiiiiiiiiiHiiiiiiHiiiiiiiiiiii… HiiiiiiiHiiiiiiiiiHiiiiiiiii… »

 

Il pleura tant et tellement que l’eau coula bien vite à flots, mais les animaux se réunirent une nouvelle fois en secret. L’hippopotame prit la parole :

« Mes amis, les larmes du crocodile nous sont indispensables. C’est grâce à elles que nous sommes tous encore en vie aujourd’hui. Et au lieu de remercier le crocodile pour ses bienfaits, nous le rendons chaque jour un peu plus malheureux. Ça n’est pas juste. »

 

Tous les animaux baissèrent la tête en opinant. Bien sûr que c’était injuste de faire souffrir autant ce pauvre crocodile, mais que pouvaient-ils faire d’autre ? Ils réfléchirent à la façon dont ils pourraient tout à la fois survivre dans le marais et laisser le crocodile en paix, mais ne trouvèrent aucune bonne idée. Le temps passait, la pluie ne venait toujours pas et le marais allait encore bientôt être à sec, quand le singe alla voir l’hippopotame.

 

singe.jpg

« Hou Ha Ha ! J’ai trouvé ! J’ai trouvé ! Je sais comment sauver le marais ! Hou Hou Ha ! »

L’hippopotame toisa le singe.

« Toi ? Toi tu as trouvé ?... Ni le lion, ni l’éléphant, ni même le zèbre n’ont d’idée, mais toi, toi le singe grimaçant et sautillant, tu sais ? »

Le singe tournicotait autour de l’hippopotame :

« Oui ! Oui ! Oui ! Laissez-moi faire ! Hou Ha ! Vous verrez ! Je sais comment ! Je sais ! Je sais ! Hou Hou Ha ! »

L’hippopotame ne faisait pas confiance au petit animal agité, mais il pensait qu’il fallait tout essayer et répondit :

« Bien, petite bête. Fais à ta façon. Mais si demain le crocodile n’a pas pleuré, j’irai lui dire qu’avec ses ridicules pattes tordues, il a l’air d’une vilaine tortue. »

 

Le singe ne perdit pas une seconde et fonça vers le crocodile qui, le voyant ainsi arriver, galopant et ricanant, commença à craindre un nouveau tourment. Mais une fois près de lui, le petit singe se mit à faire des cabrioles, des grimaces et des acrobaties toutes plus folles les unes que les autres, si bien que le crocodile commença à rire. Le petit singe continua et le crocodile rit de plus belle. Le petit singe ne s’arrêta pas et le crocodile rit, rit, rit tant et tellement qu’il finit par pleurer de joie.

 

Et l’eau se remit à ruisseler dans le marais.

 

Depuis ce jour, tous les animaux rivalisent d’ingéniosité et de drôlerie pour faire rire aux larmes le crocodile chaque fois que l’eau manque et le marais, autrefois aride et désolé, est devenu l’endroit le plus joyeux de toute la savane.

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by poupoune - dans mini-poune
commenter cet article
13 septembre 2010 1 13 /09 /septembre /2010 00:31

 

-          Maman ! C’est quoi ?

-          Des militaires ma chérie.

-          C’est quoi ?

-          Rien, mon ange. Ils surveillent.

-          Avec des fusils ?

-          Au cas où il y aurait… un problème.

-          Par exemple si un monsieur voulait tuer quelqu’un ils le tueraient d’abord ?

-          Oui, non, alors en fait…

-          Pourquoi y a une dame avec les monitaires ?

-          Les militaires, mon cœur.

-          Pourquoi y a une dame ?

-          Euh…

-          Pourquoi ils ont des fusils ?

-          Pour rien, ma chérie. Pour faire peur.

-          Même sans fusil ils me feraient peur. On dirait des chasseurs.

-          Oui… c’est un peu ça. Moi aussi ils me font peur.

-          Mais pourquoi ils font peur ? Ils vont me faire faire des cauchemars !

 

… Si elle me réveille cette nuit, je veux rien savoir : j’exige l’intervention de l’armée pour ramener la paix dans mon foyer, bordel !

 

 

 

Repost 0
Published by poupoune - dans mini-poune
commenter cet article
26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 21:53

 

- Mais les histoires que tu racontes à mini-poune, c'est quel genre ?

- Ben... c'est genre des histoires, quoi. Pourquoi ?

- Non, je sais pas, comme ça... parce qu'avec les trucs que t'écris...

- Quoi les trucs que j'écris ?

- Rien, non, juste, je me disais...

- Quoi donc ?

- Je sais pas... t'as pas peur que ça puisse avoir un effet... je sais pas... bizarre, sur mini-poune ?

- Pourquoi tu dis ça ?

- ...

- ...

- Non, pour rien.

 

 

  crane.jpg

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by poupoune - dans mini-poune
commenter cet article
15 mai 2010 6 15 /05 /mai /2010 00:50

 

Il était une fois une petite fille sale, mais sale !

Elle faisait toujours la comédie pour prendre sa douche. Elle reniflait comme un porc et refusait de se moucher. Quand elle mangeait elle mettait de la nourriture partout.

Sa maman lui disait : « si tu ne deviens pas plus propre, tu vas finir par te transformer en cochon ! »

 

 fille-cochon1.jpg

 

 

La petite fille riait et continuait d’être sale, mais sale !

Et puis un jour… sa peau commença à rosir. Son nez se changea en groin. Ses oreilles devinrent pointues. Ses jolis petits petons se transformèrent en sabots. Et il lui poussa même une queue en tire-bouchon !

 

Sa maman, bien triste, la confia à une famille cochon. La petite fille put alors se rouler dans la boue, s’en mettre partout en mangeant et jouer à faire le plus de bruit possible en reniflant ! Plus de douche, plus de mouchoir, plus de dispute ! Une vraie belle vie de cochon !

 

 

  

 

 

 

Mais… mais ce que n’eut plus jamais non plus la petite fille, ce sont les câlins-bisous tout doux de sa maman chérie.

 

 cochon.jpg

 

 

Repost 0
Published by poupoune - dans mini-poune
commenter cet article
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 22:42

 

Spécialement pour Joe Krapov et tous ceux qui, du langage des fleurs, connaissent surtout le langage et pas trop les fleurs : le jardin de mini-poune.

 

 

 

triptiKfloral.jpg

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by poupoune - dans mini-poune
commenter cet article
7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 20:19

 

triptiKanimal

 

 

Repost 0
Published by poupoune - dans mini-poune
commenter cet article
25 avril 2010 7 25 /04 /avril /2010 14:47

 

 

« On prend une grande lance bien pointue, on y attache une corde et à la corde on attache le petit homme et ça nous fait un bilboquet, mais en plus rigolo ».

 

 

 

  Les-Monstres

 
Voilà, en substance, ce que propose l’un des monstres à ses comparses pour régler le sort du gamin curieux dans le spectacle pour enfants « Les monstres », écrit par Roland Dubillard en 1947.

On a souvent raison de penser que toutes les bonnes idées ont déjà été trouvées. Et il va falloir que je me creuse sérieusement désormais pour effrayer mini-poune.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    Illustration : J.K. Lichtlé      

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by poupoune - dans mini-poune
commenter cet article
18 avril 2010 7 18 /04 /avril /2010 23:49

 

autoportrait-ok.jpg

 

 

"Je me dessine en train de courir et de sauter".

Mini-poune est une cérébrale.

 

 

 

 

Repost 0
Published by poupoune - dans mini-poune
commenter cet article
28 mars 2010 7 28 /03 /mars /2010 20:15

souris.jpg

 

est-ce souriceau

ou bien souricette

qui fait un cadeau

pose une piécette

contre tes chicots

édentée fillette ?

 

ceci ou cela

c’est vrai qu’on s’en fiche

c’est peut-être un rat

qui prend les ratiches

ce qui compte pour toi

c’est d’avoir l’artiche !


souris-2



Repost 0
Published by poupoune - dans mini-poune
commenter cet article

C'est Qui ?

  • poupoune
  • Je suis au-dessus de tout soupçon.
  • Je suis au-dessus de tout soupçon.

En version longue

   couv3-copie-1

Recherche

J'y Passe Du (Bon) Temps