Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 décembre 2009 1 14 /12 /décembre /2009 00:52

 

Dimanche, 2 heures et quelques un matin de fin d’automne à Paris.

Les bars ont fermé et ceux qui ne se sont pas vidés au profit des boîtes de nuit du coin ont déversé leur clientèle plus ou moins enivrée sur les trottoirs. Les bouches de métro ont tiré leurs grilles et les rares bus de nuit me sont encore trop peu familiers pour que je tente l’aventure. Un vélo ? Oui… mais non. Je sais à peine où je suis, il fait super froid, je suis en manches courtes sous mon manteau léger et surtout je n’ai pas de gants. Alors je rejoins la foule des chalands à l’affut d’un taxi libre.

Le taxi libre aux heures de fin de sortie dans les rues parisiennes est une denrée rare. Et chère. Et généralement mal lunée, allez savoir pourquoi… Le taxi parisien de nuit s’en colle généralement plein les poches, n’hésitant pas à refuser qui semble avoir trop bu ou qui habite dans un coin où la clientèle risque d’être un peu trop rare pour lui éviter un retour à vide. Il se laisse même aller, parfois, à l’application évidemment interdite de la course au forfait, s’octroyant ainsi un bonus sur le dos du fêtard fatigué qui veut rentrer chez lui… Mais malgré ça il est souvent malpoli et grincheux.

Rapidement découragée, j’ai quitté une station bondée où l’on voyait de tout sauf des taxis et j’ai commencé à marcher, plus ou moins en direction de chez moi, en suivant une grande artère et en espérant pouvoir attraper au vol un taxi miraculeux.

Et c’est là que l’inespéré s’est produit : à peine partie je suis tombée sur un taxi libre et disposé à m’emmener… où je voudrais. Il n’a même pas demandé où j’allais avant de me laisser monter. Je l’aurais bien embrassé, mais faut pas pousser quand même.

Je lui ai donc indiqué ma destination et l’ai écouté d’une oreille distraite, mais polie, m’expliquer sa façon à lui de travailler, tellement plus professionnelle et consciencieuse que celle de ses confrères. Comment lui n’arnaquait jamais le client, ne lui faisait jamais payer un détour qui n’était pas nécessaire, acceptait même les courses « hors zone », emmenait n’importe qui n’importe où, trouvait tellement normal que quelqu’un qui sort faire la fête puisse rentrer chez lui à n’importe quelle heure sans se ruiner ni attendre des heures une bonne âme qui voudra le prendre malgré une alcoolémie généreuse ou une adresse lointaine…

Pour un peu je me serais laissé aller à une effusion de remerciements chaleureux et sincères, alors même qu’il allait d’ici peu me délester probablement d’une petite vingtaine d’euros. Arrivée à bon port, 17,80 € au compteur. Je sors un billet de 20 et là, mon merveilleux taxi généreux et dévoué me dit le plus naturellement du monde que bon, il n’a pas la monnaie, hein ?

J’ai eu un instant de flottement.

Et puis l’instant est passé. Entre-temps il avait empoché mes 20 €. J’ai tiré au maximum la ceinture de sécurité et, effet de surprise aidant, il n’a pas du tout réagi quand je la lui ai passée autour du cou et que j’ai commencé à serrer.

J’aime pas qu’on se foute de ma gueule.


Partager cet article

Repost 0
Published by poupoune - dans inspirationS
commenter cet article

commentaires

Cacoune 20/12/2009 16:11


Morte de rire. Je ne l'ai pas vue venir, cette fin ! :)


poupoune 20/12/2009 17:11


et pourtant, venant de moi... ;o)


stipe 14/12/2009 13:59


dans ce cas, il reste la ceinture de sécurité...


poupoune 14/12/2009 14:03


... mais c'est toi qui deviens le voleur.
Non, vraiment, je trouve pas ça très prudent.


stipe 14/12/2009 13:37


la différence entre la tueuse parisienne et le radin rural : toi tu l'as étranglé, moi je lui aurais demandé d'avancer encore un peu dans la rue pour 1€10 puis de retourner en marche arrière
jusqu'à chez moi. J'aime bien en avoir pour mon argent...


poupoune 14/12/2009 13:55


ouais mais toi t'as le goût du risque : si jamais tu te plantes et que tu dépasses, c'est toi qui lui dois des thunes...


Milène 14/12/2009 10:13


En même temps il aurait pu être un faux taxi et t'égorger dans le bois de Boulogne ( c'est Milène la chochote qui parle) alors 20 euros pour rentrer chez soi et être en vie, bourrée mais en vie,
excuse moi mais tu fais un peu ta difficile là Poupoune...


poupoune 14/12/2009 13:44


Ah oui mais non, si tu y vas par là, à pieds je serais rentrée en vie ET débourrée pour gratos, alors non!


Chris de Neyr 14/12/2009 09:38


2,20 euros, ça vaut pas le "cou"...


poupoune 14/12/2009 13:42


ah... un sou est un sou, jeune-homme ! Et avec ce que je lui piqué en partant...  ;o)


C'est Qui ?

  • poupoune
  • Je suis au-dessus de tout soupçon.
  • Je suis au-dessus de tout soupçon.

En version longue

   couv3-copie-1

Recherche

J'y Passe Du (Bon) Temps