Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 août 2010 1 09 /08 /août /2010 23:45

   

Elle m’a fait attendre le mariage pour pouvoir enfin lui faire l’amour.

Je n’étais pas puceau et je ne parierais pas qu’elle était vierge, mais « avec toi je sens que c’est spécial » qu’elle disait. Elle voulait « laisser le temps au désir » et « s’offrir à moi toute entière », sous-entendu sa main et son cul le même jour. Je ne sais pas pourquoi j’ai marché dans son trip romantico-mystique, mais j’ai marché. La rondeur de ses seins, peut-être. Les promesses de son déhanché. L’éclat… troublant, pour ne pas dire lubrique de son regard, quand elle me garantissait entre deux caresses d’adolescents que je ne regretterais pas d’avoir attendu. Tout ça à la fois, sans doute. N’empêche que j’ai attendu. Je me demande même pour finir si je ne l’ai pas épousée que pour la sauter, dans le fond… Parce qu’on s’entendait bien, c’est sûr, mais c’est quand même par la queue qu’elle me tenait.

Et à chaque fois qu’elle me congédiait alors que j’avais la bite prête à exploser et que j’étais obligé d’aller me finir à la main dans une sanisette ou sous un porche sombre, je ne pensais qu’à ce jour où je pourrais enfin la prendre dans tous les sens jusqu’à ce qu’elle soit au bord de mourir de plaisir sous mes assauts si longtemps contenus et frustrés.

On a fini par fixer la date du mariage. Elle s’est occupée d’à peu près tout, mais c’est moi qui ai réservé la chambre de notre nuit de noce. Hors de question d’avoir celle coincée entre les beaux-parents et le petit frère. Hors de question d’avoir un lit qui couine, un parquet qui grince ou quoi que ce soit qui puisse d’une quelconque manière déranger notre première nuit d’amour.

J’ai arrêté de me branler 15 jours avant le grand jour. J’ai même pas tripoté la strip-teaseuse à mon enterrement de vie de garçon. De son côté, elle a eu un enterrement de vie de jeune-fille assez sage… je le tiens de ma cousine qu’était invitée et qui s’est fait chier comme un rat mort. La seule « fantaisie » de la soirée, c’est quand les copines de ma femme lui ont offert un sex toy. Le soi-disant fameux « magic rabbit ». Je sais pas ce qu’il a de fameux ou de magique. Il paraît que ma promise a rougi comme une pucelle en ouvrant le paquet. Finalement, elle l’était peut-être vraiment, pucelle… Et moi, je commençais presque à me sentir redevenir puceau quand enfin le jour de la partie de jambes en l’air de ma vie est arrivé. Le jour de mon mariage, je veux dire.

On n’a pas fait ça à l’église, malgré les lubies de ma douce, et c’est tant mieux parce que j’ai beau ne pas être très croyant, ça m’aurait gêné de passer une heure dans la maison de Dieu avec un barreau du diable. Je crois que j’ai pas débandé de la journée. Une trique d’enfer qui me mènerait droit au paradis. Et quand est arrivée l’heure… mon heure… j’en aurais joui rien que d’y penser ! Comme ça faisait des mois qu’on soignait les préliminaires, je me suis pas senti obligé de me montrer délicat et j’ai fait voler sans ménagement les multiples couches de soie, de dentelle, de froufrous et de je-ne-sais-quoi dont on fait les mariées. Elle riait et m’embrassait goulument en virant mes fringues pendant que je me débattais avec son improbable lingerie et enfin, enfin ! elle était là, nue, offerte et à moi pour la nuit. Pour la vie, même. J’allais me récompenser de ces longs mois d’abstinence forcée.

D’après mes expériences passées et compte-tenu de ma connaissance de l’anatomie masculine acquise sous les douches dans les vestiaires des salles de sport, je crois pouvoir affirmer que je ne suis pas un mauvais coup et que je suis relativement bien monté. Disons que sans être exceptionnel je pense tout à fait bien me défendre au lit. Et, dois-je le rappeler, je m’étais tout particulièrement préparé pour cette première nuit avec mon épouse.

Loin de lui éjaculer dessus avant même d’avoir fini de la déshabiller, j’ai réussi à me contenir pour laisser le plaisir la gagner elle aussi et nous mener ensemble à l’orgasme. En manque, mais pas vache, quoi. Et savez-vous ce qu’elle a fait, quand je sentais qu’enfin nous approchions tous deux de la jouissance ultime ? Cette salope m’a viré et s’est précipitée sur son sac pour y prendre son putain de magic rabbit et se finir toute seule. J’ai tenté de reprendre mes droits, de montrer que l’homme est supérieur à la machine, mais rien à faire : une vraie tigresse, j’en ai encore des cicatrices sur le torse. J’ai donc regardé la femme qui m’avait fait attendre des mois pour la sauter prendre son pied avec un morceau de plastic rose et bruyant. J’ai maudit ses copines comme vous n’imaginez pas. Mais je ne me suis pas démonté. Je suis un tenace. Chaque jour depuis le jour de ce premier affront je me suis mesuré à ce putain de lapin magique et chaque jour jusqu’à aujourd’hui il a eu le dessus.

Je pense que c’est une femme qui a inventé cette saloperie. Ça ne serait pas venu à l’idée d’un homme de penser un truc pareil. Un truc contre lequel on peut pas lutter, parce que la nature nous a pas faits pour…

Quand j’ai compris ça, j’ai compris ce qui me restait à faire. Je suis électricien, mais puisque je ne pourrais jamais faire des étincelles avec ma bite(1), j’ai bricolé l’engin et ce soir, ma chère et tendre s’est pris, à la place d’un coup de queue, un coup de jus qui l’a vraiment envoyée au septième ciel.

 

 

Pour SD, même si j’ai pris des libertés avec l’idée de départ…

 

 

(1)   clin d’œil appuyé à l’une des meilleures répliques du cinéma français :

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by poupoune - dans inspirationS
commenter cet article

commentaires

stipe 14/08/2010 15:22


un vrai rabbit de cheval, quoi !!
(en fait j'en avais des vachement plus drôles que celle là, mais elles m'ont toutes été piquées sous le prétexte que je suis arrivé 4 jours après !)

pis l'autre, elle m'a piqué ma meilleure réplique de tous les temps !! SALOPE §§§ Ah merde, "clin d'oeil appuyé", j'avais pas pris le temps de lire...

et sinon, aussi, avec SD ça vous arrive de parler d'autres choses que de trucs qui ressemblent plus ou moins à des bites ?


poupoune 20/08/2010 21:44



oh ben si, elle est pas mal, pour une de 4 jours trop tard...


(et oui, parfois on parle aussi de couilles... pourquoi?)



Berthoise 12/08/2010 13:36


Je devrais venir ici plus souvent. Je m'en voudrais de rater d'autres perles.


poupoune 12/08/2010 18:54



Je te rassure : je suis très inégale ;o)


Merci (et reviens autant que tu veux!)



Mrs D 11/08/2010 08:22


je me demande encore comment vous en êtes venus à parler pompiers alors qu'on parlait rabbit...
C'est bien un rabbit?


poupoune 11/08/2010 09:05



je crois que c'est une histoire de tuyaux et de çui-qu'a-la-plus-grosse.


 


Oui, c'est un rabbit, of course... what else, hm ?



Marcus K7 10/08/2010 14:46


Faire rêver avec les pompiers ?

Mais Madame, la moitié d'entre eux est alcoolique quand l'autre est gavée de mauvaises protéines comme les oies de foie gras. Regardez-les, une fois musclés ils se dandinent en débardeur ajusté et
ridicule pour aller vendre leur calendrier à des femmes seules et désespérées qui accepteront finalement d'avoir un - bref et mécanique clic-clac - rapport sexuel avec eux afin de ne pas payer les
15 euros des étrennes. Alors si ça vous fait rêver Madame, d'entendre un abruti de la fonte vous lancer en guise de préliminaires "Ecartez-vous Madame, faut qu’ej’déroule mon tuyau ha ha ha ! »,
tout en faisant rouler ses biceps et ses pectoraux sous un sourire satisfait, et bien soit, allez-y rêvez !
Mais ne comptez pas sur moi pour cautionner ces lourdauds agités de la bistouque jamais rassasiés et toujours contents d’eux même.


-« Comment ? Mais pas du tout. Oui je mesure moins d’1m57, et oui je pèse 53 kilos, mais ça n’a rien à voir. Pas du tout. Non. Je ne fais jamais de sport et voyez vous je vis ça très bien. Non je
ne fais fantasmer personne et alors ? Hein ? Y a pas que le sexe dans la vie ! Tenez…Vous connaissez Internet ? Et les blogs ? Et bien parfaitement, moi, j’ai un blog !
J’y écris de la poésie contemplative et croyez bien que je m’y épanouis, pas besoin de femmes à séduire, moi je ne vends rien à mon public, je me donne à lui !

Tenez, c’est pour vous, puissiez-vous être convaincue de la faiblesse de la chair comme disait l'autre...

Le cycliste de l'automne.

Une pelote de laine,
Un automne de peine.
La douleur me farde,
Mon chat me regarde.
Il est bien malin,
Il me lèche la main.
Je n’ai rien appris,
Il a tout compris.
Le ciel est en feu,
Mon vélo en fer,
J’ai mangé un pneu,

J’en chie des lanières…


poupoune 10/08/2010 20:32



cher monsieur K7,


 


tout d'abord, je vous remercie de l'attention que vous portez à ce blog et des efforts tout particuliers que vous déployez pour contribuer à en faire un espace
vivant d'échanges et de rencontres. Toutefois, une question me brûle les lèvres (c'est pour ça, je crois, qu'on m'appelle Fire Lips) (what else?) : 1m57 et 53 kilos, c'est vous tout entier
ou...?


Ha Ha Ha ! Non, j'rigole, je sais bien que ça peut pas être vous... vous vous seriez jamais permis ces blagues - très drôles au demeurant - sur les us et coutumes de
cette belle corporation que représentent nos amis les pompiers, avec leur uniforme seyant, leurs corps d'athlètes et cette façon qu'ils ont de sauver la vie même des avortons ingrats au péril de
leur propre vie si vous n'aviez pas été au moins de taille à résister à une pichenette qu'ils pourraient par mégarde vous asséner s'ils découvraient les bruits infâmes que vous colportez sur
leurs mœurs sexuelles*.


 


Toutefois - et parce que vous m'êtes sympathique - je veux bien ne pas ébruiter cette affaire auprès de mes amis de la caserne où j'ai moi-même mes habitudes, à
condition cependant que vous me promettiez de ne plus écrire ici, au vu et au su de tous mes nombreux 2 lecteurs, que vous êtes un genre de rebut de la société qui traîne sur le net mu par
le désespoir et l'envie d'y trouver d'autres losers de son espèce ne reculant devant rien pour se donner l'illusion d'avoir un semblant de vie sociale, si virtuelle fut-elle. C'est que
voyez-vous, il y a des gens dans mon entourage qui croient encore que je suis jeune, belle et dynamique et que ce blog attire des éditeurs de talent et des beaux gosses. Enfin ma mère y croit, je
crois. Donc si vous pouviez ne pas ternir cette image flatteuse que j’ai de moi, s’il vous plaît, je vous en saurais gré.


 


Voilà… sinon j’ai beaucoup aimé votre jolie poésie, j’ai adoré le coup du chat à la place du lapin (ha ha ! c’est que je vois tout, moi !), mais vous ne
vouliez pas vous remettre au sudoku, plutôt ?


 


Au plaisir de vous lire.


 


* si des fois vous connaissez un pompier qui veut bien coucher avec moi, je veux bien acheter tous les calendriers qu'il veut.



Walrus 10/08/2010 12:21


J'en entendais parler depuis longtemps sans comprendre, c'est donc ça le coup du lapin !


poupoune 10/08/2010 19:57



et oui, tout bêtement... contente d'avoir éclairci un mystère.



C'est Qui ?

  • poupoune
  • Je suis au-dessus de tout soupçon.
  • Je suis au-dessus de tout soupçon.

En version longue

   couv3-copie-1

Recherche

J'y Passe Du (Bon) Temps