Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 2012 6 28 /07 /juillet /2012 14:41

 

Les jeux olympiques ont commencé.

A une époque, je pouvais suivre à peu de choses près l’intégralité des épreuves diffusées à la télévision. Tous les sports, du plus spectaculaire au plus incongru, pouvaient me captiver (en exagérant un tout petit peu) du simple fait de l’enjeu. Le bel enjeu olympique, le fameux, paix et amour entre les peuples, de la piscine au vélodrome en passant par la piste d’athlétisme et le gymnase, les performances d’autant plus belles qu’elles étaient « gratuites »… Bon, et puis j’avais le temps, aussi, plus que maintenant sans doute. Je suis en revanche passée complètement à côté des dernières olympiades, d’été comme d’hiver, et pas seulement les toutes dernières… et non, ça ne me manque pas particulièrement. Mais cette année, il se trouve que ces jeux commencent pile un jour où je n’ai strictement rien d’autre à faire que rester vautrée dans mon canapé devant la télé toute la journée et toute la nuit si ça me chante. Certes je pourrais faire le rangement que je devais faire la semaine dernière – à moins que ce ne fût le mois dernier ? – ou encore le ménage, qui attend depuis au moins aussi longtemps, mais vous conviendrez que le ménage sans le rangement, c’est comme la charrue avant les bœufs, l’omelette sans casser les œufs, l’ours sans la tuerie… bref, c’est un peu vain et comme, donc, je n’ai pas rangé, autant caler mon fessier, lui-même gravement en manque de sport, bien confortable au fond des coussins du canapé et me gaver de ces images si belles, si pures, si fortes… (pour les autres qualificatifs, allumez votre poste et écoutez n’importe quel commentateur sportif, de préférence pendant la médiocre performance d’un athlète invité parce que ressortissant d’un pays minuscule et inconnu, si possible encouragé par une star de la discipline, ou alors au moment de l’éclat de joie du coureur de fond arrachant sa victoire au sprint).

J’allais m’en mettre plein les mirettes de la sacro-sainte beauté du sport. Les corps, souvent difformes – franchement, vous avez bien regardé les champions d’haltérophilie ? – plus encore déformés par l’effort, Les visages suant et écumant sous un masque de douleur, compagne fidèle de la performance sportive, et enfin, parfois, au bout de l’effort, un sourire, une larme, un vomi (regardez donc l’arrivée du marathon !) : l’accomplissement, le dépassement de soi, en trois mots comme en cent, donc, la beauté du sport.

Si je ne suis pas exactement sensible à la quête de l’exploit à tout prix, au sacrifice pour la performance ou à la joie dans la douleur (l’une et l’autre évidemment saines puisque sportives), j’arrive toutefois encore à m’enthousiasmer occasionnellement pour le sport. Voire à m’émouvoir. Si si. M’émouvoir. Il peut m’arriver, la faute à mon côté fleur bleue, d’être touchée par la joie, la fierté ou au contraire la déception d’un judoka géorgien ou d’une plongeuse taïwanaise.

Tout ça pour dire qu’au lieu de mettre à profit mon temps libre pour m’adonner aux joies des tâches ménagères, lire un livre intelligent ou m’aérer tout en profitant du charme estival de ma ville, j’ai opté pour le gavage télévisuel – niveau olympique, donc.

Ce n’est pas sans un soupçon de satisfaction coupable que j’ai exhumé la télécommande et allumé la télé. J’ai d’abord cru m’être trompé de chaine. J’ai zappé, vérifié, mais non : ce que j’avais pris pour une série américaine à base de pin-up sur la plage était en fait un match de beach-volley. Sérieusement. Non, je veux dire : sérieusement ?

Bon : je veux bien croire que courir et sauter dans le sable puisse être fatigant. Moi, rien que bouquiner sur la plage en plein cagnard, ça m’épuise. Mais ça ne viendrait à l’idée de personne d’en faire une discipline olympique, si ? « Victoire de la russe avec Guerre et paix par 34°C, malgré sa pénalité pour écran total, devant la française qui a fourni pourtant un bel effort avec Les Misérables, préface et notes comprises, mais a perdu un temps précieux lors de son assoupissement en début du troisième tome. »

Allons…

Le volley-ball existe, c’est un sport, c’est même un sport impressionnant et télégénique, alors pourquoi hisser au rang de discipline olympique sa pratique entre potes en maillot de bain sur les plages de camping ? C’est comme s’il y avait cyclisme et course de vélib’. Ou de pédalos. Boxe et crêpage de chignon. Tennis et jokari. Sans compter que depuis quand y a des plages de sable fin à Londres, hein ?

Bon. Je n’ai pas éteint la télé pour autant, parce que je suis une incorrigible optimiste : je ne désespérais pas de voir quelque chose d’intéressant arriver, mais j’ai vite réalisé qu’il n’y avait pas la moindre chance qu’une joueuse se lacère le pied sur un tesson de bouteille oublié de l’orgie autour du feu de la veille, ou au moins tombe le cul sur une merde de chien ou une plaque de mazout. Par chance, je n’étais pas la seule à me faire chier devant cet ersatz de sport et ils ont fini par diffuser à la place les surhumaines (inhumaines ?) et impressionnantes épaules de l’incroyable Michael Phelps, en pleine démonstration de puissance et de déploiement maximal au papillon et je me suis dit qu’au pire, je n’aurais pas complètement perdu ma journée.

 

Sinon, pour ceux qui se demanderaient : oui, j’avoue, je suis quelque peu désœuvrée et cruellement en manque d’inspiration. Et oui, si ça continue, après le sport, il n’est pas impossible que je vous parle du divorce de Johnny et Vanessa.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by poupoune - dans inspirationS
commenter cet article

commentaires

nina 05/08/2012 18:21

de lire "la faute à mon coté fleur bleue", ça vaut bien toutes les medailles de tous les metaux de couleurs du monde! poupoune fleur bleue, la vache, quel scoop...et pas un mot dans voici!!!

poupoune 09/08/2012 23:19



Quoi ? Tu veux dire que je suis pas crédible ?



Oncle Dan 29/07/2012 23:53

Tu mérites quand même la médaille d'or du billet sans inspiration...

poupoune 30/07/2012 22:46



Ah lala, que d'émotions... cette médaille, c'est tellement de travail, c'est le rêve de toute une vie, c'est une consécration... Je remercie ma famille, mes proches, tous ceux qui m'ont
soutenue... vraiment c'est formidable.



Walrus 28/07/2012 15:23

Quoi ? Ils ne se sont pas rabibochés "pour les enfants" ?
Y a plus de moralité chez les élites !

poupoune 28/07/2012 17:47



Ah, remarque, je ne sais pas... j'en suis restée à la une d'un torchon à scandales sur la devanture de mon buraliste, mais je n'ai pas approfondi la question. Promis, s'ils décident de ne
plus diffuser que du beach-volley féminin (parce que des hommes, je pourrai toujours me rincer l'oeil...) je mènerai l'enquête pour connaître le sort des pauvres chéris...



C'est Qui ?

  • poupoune
  • Je suis au-dessus de tout soupçon.
  • Je suis au-dessus de tout soupçon.

En version longue

   couv3-copie-1

Recherche

J'y Passe Du (Bon) Temps