Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juillet 2010 4 29 /07 /juillet /2010 22:12

 

Le corps de l’écrivain avait été retrouvé dans la position exacte où il se trouvait la majeure partie du temps : assis dans son fauteuil de bureau. C’est son bras, pendant mollement le long de son corps, qui a incité sa femme de ménage à entrer. Elle le pensait endormi et le découvrit mort, un trou sanguinolent à la tempe, la pâleur de son teint ne laissant que peu de doutes quant à son état. Celui qui était unanimement reconnu par la critique, par ses pairs, mais aussi et surtout par le public comme le plus grand romancier de tous les temps s’était donné la mort en pleine gloire.

Rapidement informée, la presse ne manqua pas de se perdre en conjectures, mais comment expliquer ce geste ? Certes le succès peut monter à la tête, mais l’écrivain était un homme raisonnable et posé, quadragénaire épanoui, marié et heureux en ménage, riche, mais dans les limites du raisonnable – il ne vendait jamais que des livres, ce n’était pas une rock star – et surtout, la veille encore il exposait à son agent sa nouvelle idée et préparait, avant de se remettre au travail, un voyage avec son épouse.

Non, vraiment, personne n’arrivait à comprendre comment celui que l’on nommait « Le Maître du Noir » et qui savait faire frémir et blêmir avec élégance et un talent inimitable avait pu en arriver là. Il fallut attendre que le corps soit enfin déplacé pour en avoir l’explication. Sous sa main qui tenait encore le pistolet se trouvait, taché de sang, un journal sur lequel il avait noté : « il ne me reste rien à imaginer ». Entouré, souligné et marqué de trois gros points d’exclamation, ce titre : « Une femme mise en examen pour huit infanticides. »

 

 

 

 

 

Ecrit pour les Impromptus littéraires sur le thème : « Le corps de l’écrivain ».

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by poupoune - dans Les impromptus
commenter cet article

commentaires

mony 31/07/2010 10:19


L'écrivain connaîssait peut-être la dame et alors s'est-il senti concerné par ces crimes,mais son orgueil l'a emporté.Ce que je ne comprends pas ce sont les trois points d'exclamation.


poupoune 05/08/2010 00:58



je mise plutôt sur l'orgueil seul ;o)



Walrus 30/07/2010 09:40


Une star du roman noir qui n'a même pas ton imagination, on comprend qu'il se tire une balle dans la tête !


poupoune 30/07/2010 14:00



en même temps, là tout de suite, si je pouvais choisir entre être une star du roman noir ou avoir mon imagination, hein...



Marcus K7 30/07/2010 07:17


C'est drôle quand j'ai appris ça j'ai pensé à vous, je me suis dis mince, elle va être déçue et en colère, on dirait bien que quelqu'un cherche à lui nuire, à lui piétiner les plates-bandes.
Ouais enfin drôle, plutôt affligeant.


poupoune 30/07/2010 13:58



je n'arrive pas à décider si ça me fait plaisir ou si ça m'inquiète, que vous ayez pensé à moi, dans ces circonstances... en tout cas j'espère que ce n'est pas QUE pour me nuire qu'elle a fait
ça... même si finalement c'est très flatteur et très encourageant.



Mrs D 30/07/2010 06:53


Un moyen de contraception comme un autre...

(tu permets, pousse toi un peu, je vais vomir)


poupoune 30/07/2010 09:13



Au moins c'est naturel...



Jérôme a.k.a. Seltzer 30/07/2010 00:20


Mauvaises langues que vous êtes. Cette brave femme tentait juste un nouveau genre de compost.


poupoune 30/07/2010 09:12



Ben c'est bien le coeur du problème : tu fais pas ça en collant tes petits cadavres dans un sac plastique dans ton garage !



C'est Qui ?

  • poupoune
  • Je suis au-dessus de tout soupçon.
  • Je suis au-dessus de tout soupçon.

En version longue

   couv3-copie-1

Recherche

J'y Passe Du (Bon) Temps