Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 avril 2011 5 08 /04 /avril /2011 21:27

 

En primaire, j’étais amoureuse d’une petite frappe qui ne me bécotait en cachette au fond de la cour que pour pouvoir raconter à ses copains qu’il avait fait l’amour avec une fille. Avec plein de filles, pour être exacte, vu que je me suis rendu compte à la boum des dix ans de ma copine qu’il faisait ça avec toutes les autres filles qui craquaient pour ses yeux pâles.

A l’entrée au collège, je suis presque instantanément tombée amoureuse d’un joli garçon à gueule d’ange. Je le dévorais des yeux du matin au soir, j’écrivais son nom dans des cœurs sur tous mes cahiers et il n’y en avait que pour lui dans mon journal intime. Il n’a su mon nom que quelques années plus tard, quand il a commencé à sortir avec ma copine.

A ce moment-là je venais d’entrer au lycée et de tomber amoureuse d’un beau ténébreux dont je ne savais rien, mais dont le mystère me fascinait. J’avais failli m’évanouir le jour où il était venu me voir et m’avait appelée par mon prénom. J’ai vécu en orbite quelques mois, alors qu’il me faisait une cour un brin désuète, mais soutenue et charmante. J’ai voulu mourir quand j’ai su que sa copine suivait des cours par correspondance parce qu’elle était enceinte de son bébé.

On ne mesure pas toujours l’étendue de tout ce que l’école nous a permis de réaliser, mais moi je sais une chose : c’est sur les bancs de l’école que j’ai appris la déception et l’échec amoureux et je n’ai cessé de les mettre en pratique depuis. Quinze ans d’analyse plus tard, j’ai enfin clairement identifié les douleurs d’enfance qui ont fait mes névroses d’adulte. Je vais beaucoup mieux maintenant. A chaque nouvelle rencontre, je repense avec tendresse à ces premières amours calamiteuses et, après des années de folie meurtrière que je croyais gratuite, c’est une véritable libération de savoir enfin pourquoi j’émascule les hommes dès le premier rendez-vous.

 

 

 

 

 

Ecrit pour les Impromptus littéraires sur le thème « souvenir de potache ».

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by poupoune - dans Les impromptus
commenter cet article

commentaires

Gino 09/04/2011 10:18


Un texticule incisif et tranchant et je dirais même sanglant.


poupoune 10/04/2011 14:10



tu es trop sensible.



Mrs D 09/04/2011 09:47


Ca fait toujours plaisir de savoir que les gens se sentent mieux


poupoune 10/04/2011 14:10



oui, c'est rassurant, hein ?



Walrus 08/04/2011 22:15


Dis-moi où et quand !
J'espère que ton rasoir est bien affûté.
Comment ça, t'emploies des briques ?


poupoune 10/04/2011 14:09



Ha ha ! Tu es joueur... (rasoir ? briques ??? teu teu teu... à mains (et dents) nues ! ;o)



C'est Qui ?

  • poupoune
  • Je suis au-dessus de tout soupçon.
  • Je suis au-dessus de tout soupçon.

En version longue

   couv3-copie-1

Recherche

J'y Passe Du (Bon) Temps