Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 23:39

 

Je viens de regarder une bluette à la télé. Sur ma nouvelle télé. La grande. A chaque plan un peu serré, j’y étais. Plutôt ils étaient là, dans mon salon. J’ai été bercée presque deux heures durant par le flux et le reflux d’une grande marée de bons sentiments.

Sous mes airs… euh… enfin sous les airs que j’ai, je suis une vraie midinette. Plus fleur bleue que moi, tu meurs. Je fonds à la moindre comédie sentimentale pour peu qu’elle soit un poil au-dessus de la série Z. Et encore. Un soir de déprime je suis sûre que je peux aussi fondre devant une série Z.

Le truc de la fille complexée que rien ne prédestinait à rencontrer le prince charmant, mais qui le rencontre quand même, j’adore. Du premier regard au baiser final, je sais que ça va arriver et j’y crois à mort. Je tique un peu aux engueulades, je ris aux bonnes blagues et je souris à chaque pas qui rapproche un peu les protagonistes l’un de l’autre, mais pas une seconde je ne doute du dénouement passionnément amoureux de l’affaire. Je marche à fond et ce genre de film me laisse toujours un large sourire en travers du visage pendant au moins tout le générique de fin.

Mais rarement plus.

Parce qu’après le générique de fin, dans le pire des cas, si tu manques de vigilance, c’est la pub, mais même au mieux c’est de toute façon le retour à la vraie vie. Ta vraie vie. Enfin la mienne, en l’occurrence, ce qui est pareil en un peu pire.

Ma vraie vie.

Ma vraie vie avec mes vrais complexes à moi qui sont, à bien y réfléchir, finalement, très différents de ceux de cette fille que rien ne prédestinait, mais qui pourtant.

Ma vraie vie et tous ces hommes que j’adorerais y rencontrer, mais qui manifestement ne fréquentent ni les mêmes lieux ni les mêmes personnes que moi et que même le hasard s’obstine à ne pas mettre sur mon chemin.

Ma vraie vie et ces putain de kilos en trop, que je perdrais pourtant si facilement si le hasard voulait bien se donner la peine de mettre sur mon chemin l’un des hommes ci-dessus mentionnés.

Ma vraie vie et ce boulot pas sexy pour deux sous, ces cheveux qui refusent obstinément de tomber droit, cette facture que j’étais pourtant certaine d’avoir payée, cette foutue culotte de cheval, cette sacro-sainte indépendance, ces cernes impossible à cacher…

Ma vraie vie.

Franchement, quand je regarde une bluette, les Richard Gere, Hugh Grant et autres Romain Duris me donnent finalement plutôt des envies homicides, après coup. J’ai juste envie d’en prendre un pour assommer l’autre pendant que le troisième attendrait pendu par les pieds que j’aie fini avec ses copains. C’est pas humain de faire croire à des filles comme moi que des types comme eux, sur un malentendu, pourraient éventuellement… Sauf qu’il faut leur rendre justice : ils ne séduisent finalement jamais des filles comme moi. Même quand elles veulent faire semblant d’être ordinaires, les filles qui croisent leur prince charmant dans ces films à la con ne le sont jamais. Quand elles ne sont pas sublimes, elles ont toujours au moins ce petit quelque chose qui les rend irrésistibles, à tel point que si on avait eu la possibilité de leur piquer leur putain de prince, on ne l’aurait pas fait tellement il paraît naturel à tout le monde que ce soit elles qui le rencontrent. Et en général elles n’ont rien d’autre à foutre que séduire, se laisser séduire, minauder, repousser, hésiter, pleurnicher un peu, espérer et finalement se faire épouser. Ou sauter dans les comédies romantiques plus modernes.

Alors que dans la vraie vie… vous je sais pas, mais moi, par exemple, dans plein de situations qui m’ont fait rêver dans les films, j’aurais même pas pu être là. Boulot, sortie d’école, tout ça… Alors non : définitivement, les bluettes, c’est de l’arnaque.

C’est même pire que ça. Bien pire.

Parce que moi, ça va que je suis solide, hein, mais imaginez à ma place une adolescente totalement fragilisée par l’acné ou une vieille fille dépressive dont même les gigolos ne veulent pas… hm ? Comment croyez-vous qu’elles supporteraient l’idée de leur vraie vie après deux heures passées à croire qu’un Hugh Grant pourrait les trouver à son goût si seulement il était là… hm ? Non, vraiment, je trouve une telle inconséquence totalement déprimante et… et d’ailleurs, tiens, je vais aller chercher cette corde que je n’avais finalement pas utilisée après ma dernière déception amoureuse et en finir avec ces faux espoirs qui ne peuvent définitivement rien apporter de bon à quiconque.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by poupoune - dans poupouf
commenter cet article

commentaires

Mrs D 06/12/2010 19:15


Rigole pas, depuis ma grossesse, je pleure devant n'importe quoi! Pas plus tard qu'il y a une heure, c'était devant blanche neige, c'est dire.

@stipe: quand tu auras fini avec ta corde...


poupoune 06/12/2010 22:50



ah tu me rassures !! J'osais pas accabler ma fille pour tous mes maux, mais en fait si : c'est à cause d'elle !



Markus K7 30/11/2010 00:10


Alors moi je dis que votre texte est certes désespérant, mais sacrément bien écrit. Si.

NDLR : vous vouliez un compliment n'est-ce pas ?
Et bien le voilà, et il est sincère.
Bonsoir.


poupoune 01/12/2010 00:53



Ah ben merci. Vraiment... du coup ça m'a filé la patate et mon texte suivant est beaucoup, beaucoup plus joyeux.


Merci.



boubou 29/11/2010 13:31


Cela dit, dans la vraie vie, Hugh Grant s'est fait lourder comme un minable par la femme de sa vie puis par sa remplaçante; quant à Drew Barrymore, elle est camée jusqu'aux yeux depuis l'âge de 9
ans et est (je crois) tout aussi célibataire que Hugh Grant, alors... Tu vois que ta vie est belle! :-)


poupoune 29/11/2010 13:48



han ! comment t'as tout niqué mon joli rêêêêve bleu, j'le crois pas !!



stipe 29/11/2010 10:28


nan mais n'importe quoi aussi, regarder ce genre de film gnangnan !! C'est bien un truc de gonzesse, ça !! Moi par exemple, je ne regarde que des pornos et...


dis, tu me prêtes ta corde ?


poupoune 29/11/2010 13:47



c'est ce qu'il y a de bien avec les cordes : c'est comme les bananes, y a deux bouts...



Cacoune 29/11/2010 10:24


Ah ouais ce film là... Qui joue sur un bout de Dirty dancing en plus... Que veux-tu...
Et cette Vanessa, déjà, elle a Johnny. L'Homme par excellence.
Je vais aller me recoucher, moi.


poupoune 29/11/2010 13:46



c'est là qu'on voit que t'es un (tout petit) peu plus jeune que moi : Dirty Dancing, je ne l'avais même pas vu, moi...



C'est Qui ?

  • poupoune
  • Je suis au-dessus de tout soupçon.
  • Je suis au-dessus de tout soupçon.

En version longue

   couv3-copie-1

Recherche

J'y Passe Du (Bon) Temps